Philosophons mathématiquement ou mathématisons philosophiquement
    Le théorème d'incomplétude de Gödel a changé chez plusieurs personnes 
leur perception des mathématiques. D'une science ou la certitude était
de mise, on se  retrouvait plongé dans une incertitude qui était
impossible de faire disparaître. Ce théorème, plus qu'un simple énoncé
mathématique, peut amener à s'interroger sur la nature même des
mathématiques.

Dans cet exposé, nous allons aborder le théorème d'incomplétude de Gödel
et si le temps nous le permet, nous allons étudier son corollaire,
appelé habituellement le deuxième théorème de Gödel.

par Isabelle Ascah-Coallier (Université de Montréal)